Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 13:43
             
                 

Coup de Jaune et coup de jeune

Malgré une seule victoire d'étape, l'aventure de Voeckler en Jaune et cinq représentants dans le top 15 final donnent un bilan flatteur et prometteur au peloton français du Tour.

Toujours baroudeurs, moins chanceux

 

Les six victoires d'étapes sur le Tour 2010 (Chavanel x 2, Casar, Riblon, Voeckler, Fédrigo) avaient célébré le profil du baroudeur, sans hésitation au moment de se lancer dans une échappée et heureux de profiter des latitudes du peloton et des leaders. Cette année, les initiatives ont été tout aussi nombreuses mais pas récompensées. Désigné super-combatif, Jérémy Roy a ainsi attaqué sur tous les terrains de la sortie du passage de Gois aux pentes du Tourmalet pour échouer à une cruelle troisième place à Pau. Tous les jours à l'avant ou presque, l'équipe FDJ symbolise ce manque de réussite, avec notamment Sandy Casar qui a attrapé deux échappées gagnantes pour repartir avec la troisième place, à Saint-Flour puis à Gap. La seule victoire d'étape française est finalement arrivée au sommet de l'Alpe d'Huez grâce à un Pierre Rolland qui a joué d'égal à égal avec les meilleurs grimpeurs. Du jamais vu depuis Richard Virenque.

L'épopée de Voeckler

 

Il a commencé le Tour en baroudeur, il l'a achevé comme un candidat au podium, crédible jusqu'au contre-la-montre individuel la veille de l'arrivée. Echappé sur la route de Saint-Flour, Thomas Voeckler n'a même pas bénéficié d'une grande mansuétude du peloton qui lui a laissé 4 minutes pour défendre son Maillot Jaune à travers les Pyrénées et les Alpes. Au cours de ses dix jours en tête du classement, le leader d'Europcar s'est montré à la hauteur des purs grimpeurs, à Luz-Ardiden, au Plateau de Beille et même dans le Télégraphe avant de craquer finalement sur la route de l'Alpe d'Huez. Dans la lignée d'une saison étincelante (huit succès), le puncheur de 30 ans s'est sublimé avec le Maillot Jaune, décrochant le premier top 5 français depuis Christophe Moreau en 2000. Autour de lui, c'est toute l'équipe Europcar qui a hissé son niveau pour diriger le peloton loin des moqueries lancées par les grandes équipes. «J'ai caressé le rêve », a-t-il finalement avoué samedi soir après un contre-la-montre bluffant. Seule une étape de montagne, aussi courte que terrible, l'a privé du podium.

Une nouvelle génération

 

Derrière le médiatique Thomas Voeckler, le cyclisme français a retrouvé une vraie densité dans le haut du classement. Cinq coureurs dans le top 15, c'est une configuration qui ne s'était pas vue depuis 1991. Surtout, trois d'entre eux ont moins de 25 ans et se posent en promesses du Tour de France : Pierre Rolland (Europcar/11e du général), Jérôme Coppel (Saur/14e) et Arnold Jeannesson (FDJ/15e). Les deux autres équipes françaises ont placé un néophyte de 34 ans, Jean-Christophe Péraud (AG2R/10e) et un Estonien passé pro en France, Rein Taaramae (Cofidis/12e). Ils ont tous une marge de progression qui fait d'eux des protagonistes en devenir pour les prochains Tours de France... Malgré la mondialisation du cyclisme et un premier vainqueur des antipodes, les coureurs français ne sont pas condamnés à rester dans le décor de la Grande Boucle.

 

 

En conclusion:   Le tour 2011 va rester comme un des meilleurs sur le plan du parcours, du suspense, des résultats...Bravo tout d'abord aux organisateurs (ASO) et son directeur Christian Prudhomme (grand journaliste et maintenant grand patron du tour) d'avoir dessiner un parcours bien équilibré, notamment une première semaine avec des arrivées en cote, des parcours accidentés sur des vrais terres de velos (Vendée et Bretagne), un public omniprésent malgré la pluie! Des étapes reservées pas uniquement pour des vainqueurs au sprint, meme si aucune échappée n'arrivera au bout, dommage pour Jerémy Roy, il aurait mérité d'en remporter une, lui qui attaqua quasiment tous les jours! La traversée des massifs montagneux secondaires comme le Massif Central pour cette année et ses sommets si verts et difficiles mais surtout pour ses étapes si rocambolesque avec des chutes et le maillot jaune de Thomas Voeckler.

Les Pyrénées pas négliger par rapport aux Alpes meme si l'on peut regretter le manque d'attaque des favoris.La traversée alpines avec son incursion en Italie et retour par la terrible montée du col d'Agnel et ses 10 km à 10% de moyenne, rien à envier au tour d'Italie.Une arrivée au sommet du plus prestigieux des cols du tour: le Galibier par le Lautaret et son dernier kilomètre terrible et puis un scénario magique et si rare depuis 1998: l'attaque réalisé de si loin par Andy Schleck dans la montée de l'Izoard, meme si la tactique se discute et présente des risques.La résistance de Mr Voeckler pour conserver son maillot et le contre la montre de 10 km du futur vainqueur Cadel Evans qui repris 2 mn au jeune Belge: de la détermination, du courage et du panache.Le lendemain, un coup de poker d'Alberto Contador dès le Télegraphe, une étape qui restera dans l'histoire tant par sa distance (109 km) courte et nerveuse que par son déroulement, il ne fallait pas arriver en retard, des attaques dès le départ, le cas de conscience de Voeckler, La forme de Pierre Rolland qui gagnera (25 ans après un certain Bernard Hinault) chapeau! La veille de l'arrivée sur Paris pas de vainqueur avant le contre la montre de Grenoble qui determinera le classement définitif! Bref un grand cru ce tour 2011! Un grand vainqueur ancien champion de VTT qui mérite amplement sa victoire à 34 ans (le plus vieux vainqueur depuis très longtemps) et qui à un sacré mental! 5 coureurs Français dans le top 15, Un Voeckler héroique et qui peut lui permettre de penser à mieux en 2012! Il aurait mérité de terminer sur le podium mais la course a délivrer son verdict.2012 l'année ou il y aura des surprises sur le tracé, et 2013 le 100 éme tour de France qui partirait de Corse?

Partager cet article

Repost 0

commentaires